Accueil > La Communauté de communes > Actualités > Actus > Cérémonie des voeux 2019

Cérémonie des voeux 2019

La cérémonie des vœux institutionnels de la communauté de communes de Bièvre Est a eu lieu le lundi 28 janvier 2019 au siège de la collectivité à Colombe.

Roger Valtat, Président de Bièvre Est et ses Vice-présidents ont adressé leurs vœux aux invités, partenaires, associations, élus et représentants du monde économique et effectués une rétrospective sur les projets réalisés au cours de l’année ainsi qu’une présentation des enjeux à venir.

Claire Debost, au nom du Président du Département, Jean-Pierre Barbier, et Didier Rambaud en tant que Sénateur de l’Isère étaient également invités à prendre la parole.


Cérémonie des voeux 2019

Le discours de Roger Valtat, Président de la communauté de communes :

 

Bienvenue à tous au siège de Bièvre Est.

Monsieur le Ministre, 1er Vice-président de la communauté de communes entre Bièvres et Rhône ;

Monsieur Didier Rambaud, Sénateur, Conseiller Départemental, cher Didier ;

Madame Claire Debost, Conseillère départementale représentant Jean-Pierre Barbier, Président du département ;

Mesdames Amélie Girerd, Sylviane Colussi, Conseillères Départementales, chères Amélie, Sylviane ;

Monsieur Jean-Paul Bret, Président de la CAPV et Pdt de l’AURG, cher Jean-Paul ;

Monsieur Martial Simondon, 1er Vice-président de Bièvre Isère, représentant le Pdt de Bièvre Isère Communauté, Yannick Neuder, cher Martial ;

Monsieur André Gay, Président du SICTOM de la Bièvre, cher André ;

Monsieur Pierre Fouque, ancien Pdt de Bièvre Est ;

Madame Pascale Besch, représentant la CCI Nord Isère ;

Mme Claude Ravel, Présidente du conservatoire d’Espace Naturel et Monsieur le Conservateur de la réserve naturel de Le Grand-Lemps ;

Mesdames et Messieurs les représentants de la gendarmerie ;

Le commandant en second de la Compagnie de St Marcellin, le capitaine Mathey ;

Le commandant en second de la compagnie de la Tour du Pin, le Capitaine Desquieu ;

Le Major Lefevre, commandant de la communauté de brigades de la gendarmerie des Vals de Virieu / Le Grand-Lemps ;

Le capitaine Oger, Commandant de la Brigade de Renage et le Major Folumer de la brigade de Renage ;

Monsieur Le commissaire René Ducrettet de l’hôtel de police de Grenoble ;

Mesdames Messieurs les représentants des sapeurs pompiers et des corps constitués ;

Mesdames et Messieurs les représentants des chambres consulaires ;

Mesdames et Messieurs les partenaires de Bièvre Est ;

Mesdames et Messieurs les responsables des commerces et des entreprises ;

Mesdames et Messieurs les Vice-Présidents, maires, Adjoints et conseillers municipaux de Bièvre Est et des territoires voisins ;

Mesdames et Messieurs ;

Chers Amis ;

 

À un an jour pour jour, je prononçais mon premier discours des vœux étant fraîchement élu à la Présidence de Bièvre Est, j’ai à nouveau le plaisir de vous accueillir au siège de la communauté de communes et j’associe à ma voix tous les Vice-présidents, conseillers délégués et les membres de conseil communautaire pour vous souhaiter la bienvenue en ces lieux.

Les élus absents ont été retenus par d’autres obligations.

 

Le contexte national n’est pas actuellement porté par un optimisme débordant, je ne développerai pas le contexte social qui a accompagné cette fin d’année. Chacun d’entre nous pourra se forger sa propre opinion entre :

  • revendications légitimes portées dans un premier temps par un ras le bol fiscal,
  • volonté de déstabilisation des institutions
  • et souhait d’une participation plus directe aux décisions prises ou relayées par les élus de toutes les strates de la cinquième République.

Aussi, je suis très partagé devant ce qui devient une crise sociétale et il me vient à l’esprit deux citations qui sans être antinomiques m’interrogent sur l’avenir proche.

 

La première de Victor Hugo plutôt percutante : « souvent, la foule a trahi le peuple ».

  • Comment séparer le grain de l’ivraie entre :
    • agitation et colère légitime,
    • revendication légitime et volonté de détruire ?
  • Comment se garder de cette minorité qui confisque la parole par des actes de destruction et de saccage au mépris des règles de la démocratie ?
  • Comment aller chercher la majorité silencieuse qui ne s’exprime pas et qui souffre au quotidien de la précarité, de l’indifférence de l’individualisme et aspire à du collectif et à de la solidarité ?
  • Comment concilier la concurrence, la productivité, la compétition, la recherche du mieux vivre ensemble, sans oublier, « les laissés pour compte »que notre société génère depuis des décennies ?

La seconde citation plus positive de Gustave Lebon dans son livre sur la psychologie des foules : « c’est très souvent du côté de la foule que se montrent l’esprit politique, le patriotisme, le sentiment de la défense des intérêts sociaux ».

 

Je reste confiant en notre capacité collective à surmonter ce temps perturbé et à passer du rond point à la table ronde.

Cet appel de la rue a reçu un écho qui se traduit par le lancement du Grand débat national.Chaque Maire et par voix de conséquence chaque Pdt D’epci est invité à participer et à mettre à la disposition de cette grande consultation leurs infra-structures, en un mot être facilitateur de ce grand débat national qui suscite à la fois scepticisme et espoir.

Pour Bièvre Est, suite aux réunions organisées par Monique Limon Députée de la 7eme circonscription, et après consultation des maires certaines communes, organiseront à la dimension de leur périmètre des débats.

Pour celles qui le souhaitent, Bièvre Est facilitera une organisation mutualisée sur plusieurs communes pour ces rencontres.

Même si l’expression des moins habitués aux prises de paroles et à l’expression des besoins doit être recherchée au plus profond de nos villages il paraît difficile sur 14 communes de prévoir en un temps record des débats et suivant la volonté exprimée de faire que les maires ne deviennent pas des animateurs et des débatteurs sur des sujets aussi larges que ceux prévus.

La liberté d’action de chaque commune et la bienveillance seront de mise pour l’accueil de toute expression de collectifs citoyens qui viendraient en contrepoint des cahiers d’expression populaires dit « cahier de doléances ».

Souhaitons que cette initiative fasse que 2019 soit plus apaisée, même si la menace terroriste reste malheureusement d’une actualité dramatique et frappe avec aveuglement tous azimuts : cultures, fêtes traditionnelles, rassemblements populaires, en un mot tout ce qui touche aux fondamentaux de notre société pour tenter de la faire basculer dans la crainte et l’obscurantisme.

Je remercie au nom de tous, les forces de l’ordre et tous les acteurs de la sécurité et de la protection civile et militaire pour leur engagement, et leurs actions pour assurer au niveau local et national la protection et le secours sur ces théâtres de guerre intérieure.

 

2018 une année riche en actualités pour la communauté de communes, et avant de retracer rapidement les faits marquants, je souhaite dors et déjà remercier de façon appuyée tous les agents de Bièvre Est.

Quelque-soit leur rang, chaque agent remplit sa mission avec professionnalisme et volonté, je les remercie chaleureusement au nom de Bièvre Est pour leur engagement et leur motivation pour accomplir plus qu’un travail, une mission de service public et contribuer au mieux vivre ensemble.

 

2018 pour Bièvre Est a été une année difficile avec quelques turbulences internes.

En premier lieu le changement de Président en cours de mandat, certes après une année d’exercice je peux constater que finalement il n’y a pas eu de bouleversement majeur et que la continuité du service public n’a pas eu trop à souffrir.

 

[...]

 

La prise de compétence eau et assainissement a nécessité la création du service pour satisfaire au choix de travailler en régie et je salue tout particulièrement Hervé Sinturel le Directeur de Régie qui sous l’autorité d’Éveline Szewczyk a su en un temps très court mettre en place ce service en intégrant une dizaine d’agents techniques et administratifs.

Répondre dans le même temps aux obligations de ce nouveau service, et organiser les attentes des communes, qui justement ne se sont pas faites attendre !

J’aurai l’occasion de revenir sur cette prise de compétence.

Remercier l’ensemble des bénévoles qui s’activent sans relâche pour assurer les activités socio-éducatives du secteur de développement social et celui de la culture.

Sans leur présence active, solidaire, et motivée les établissements ne pourraient pas offrir le même niveau de services.

 

Il m’a été rapporté que certains élus avaient quelques inquiétudes sur le devenir de Bièvre Est.

À ce jour Bièvre Est a tous les atouts pour réussir :

  • un territoire cohérent qui est un territoire d’articulation notamment entre nos voisins BIC et CAPV ;
  • une force économique qui se développe ;
  • une administration organisée et structurée à l’échelle de son territoire ;
  • le souhait des élus communaux à poursuivre ensemble le maintien de notre EPCI ;
  • des services qui servent les usagers en toute matière, culturelle, sociale, économique et technique ;
  • un territoire à taille humaine avec 14 communes et 22 000 habitants qui permet la proximité et le sentiment d’appartenance même si ce dernier point est à pondérer.

En effet cette approche administrative de la gouvernance du territoire est probablement d’une réalité plus ténue pour les habitants et les administrés qui par la mobilité, la curiosité, la recherche de leurs besoins ou le souhait de répondre à des besoins non satisfaits à proximité ne regardent pas sur quels territoires les services se trouvent mais vont chercher le service indifféremment sans se poser de question existentielle sur qui est l’organisateur autour de la grande agglomération grenobloise.

Peut-être faudra t’il que nous réfléchissions au dé-là des querelles de clochers ou d’ego d’un autre temps à retravailler les périmètres communaux avant de s’intéresser au périmètre des intercommunalités ?

C’est la raison pour laquelle je suis persuadé que Bièvre Est à ce jour est encore pour moi une bonne échelle de territoire seuls les évolutions des seuils démographiques imposés par l’État ou le souhait de communes de devenir « communes nouvelles » avec une commune n’appartenant pas à Bièvre Est pourrait mettre en péril notre EPCI ;

À ma connaissance ce n’est pas à l’ordre du jour.

Cette certitude du périmètre territorial s’accompagne d’une solidarité et d’une entente sans faille avec les intercommunalités voisines.

Des liens renforcés, des réalisations communes et des projets sont une réalité quotidienne, car encore une fois la mission qui est la nôtre est d’aménager, d’organiser, de prévoir et de servir certes sur un territoire défini mais aussi pour un bassin beaucoup plus large les Bièvres, le Voironnais et pourquoi pas élargir le périmètre et travailler sur des conventions, des participations sur toutes les intercommunalités voisines comme celle des vals du Dauphiné.

En matière d’économie s’est déjà le cas puisque Bièvre Est est membre de Grenoble territoires avec la Métro le Sud Grésivaudan et le Pays Voironnais.

La CCBE a tissé des liens déjà anciens de partenariat avec le Pays Voironnais en matière de transport et déplacement.

Le parking relais situé à Rives proche du péage autoroutier connaît une très forte attraction. Avec 120 places de stationnement, il est aujourd’hui saturé en raison :

  • de la forte progression du covoiturage ;
  • du succès de la ligne TransIsère qui s’achemine jusqu’à la gare routière de Grenoble par la voie rapide sans contrainte des bouchons sur l’A48.

Nous restons cohérents avec notre volonté commune de limiter les déplacements et donc nous engageons une réflexion sur l extension de ce parking, les premières réunions ont eu lieu, A terme, ce seraient 200 à 250 places qui seraient aménagées.

Sur le même secteur le projet de raccordement du nœud autoroutier de l’A480 et la création d’une voie directe qui évite le rond point pour prendre directement l’autoroute.

Le dynamisme des mouvements pendulaires et donc de la vitalité de notre secteur se constate aussi par les bouchons naissants dès 6 h 30 sur la prise de l’autoroute.

Le département,l’area ont donné des accords de principe sur ce projet.

 

La ligne 10, ligne interurbaine de la CAPV entre Renage et Rives. Les horaires sont calés sur ceux des trains notamment le TER pour encourager les personnes à se déplacer en transport en commun et délaisser leur voiture. Même s’il est difficile d’apprécier la pertinence de l’intérêt de ce maillage compte tenu du peu d’utilisateurs,nous restons persuadé que la notion de service public est quelque fois éloignée du principe de rentabilité.

Le projet fort de ces dernières années porté le pays voironnais et poursuivi par Bièvre Est suite à la dissolution du Syndicat intercommunal des eaux de la région d’Apprieu :c’est interconnexion de l’eau.

Nous poursuivons cette volonté de finaliser ce projet d’interconnexion pour sécuriser l’approvisionnement d eau de nos populations et de développer l’ambition économique pour nos zones Bièvres Dauphine.

 

Pour Bièvre Isère Communauté le partenariat était surtout organisé par l’intermédiaire du syndicat de Bièvre Valloire.

Un conventionnement autour du syndicat ou d’associations partenaires comme Bièvre Valloire Initiative, la MOB, Le Pôle Emploi, Aspit emploi et bien d’autres.

La dissolution de Bièvre Valloire a resserré les liens entre nos deux intercommunalités.

Un partenariat sur la gestion des gens du voyage pour satisfaire aux nouvelles prescriptions du schéma départemental est en cours de réflexion.

 

Répondre aux exigences d’accueil de ces populations mobiles à l’échelle des territoires est un enjeu de cohérence et de rationalisation des coûts et engage des solidarités qui seront transposables sur d’autres thèmes.

 

Bièvre Est a repris la compétence touristique jusqu’à lors portée par Bièvre Valloire nous organisons à l’échelle du territoire notre attractivité.

Nous avons à mettre en valeur notre patrimoine historique et notre patrimoine vert en s’appuyant sur ce qui existe au niveau communal, le porter et le développer à l’échelle de Bièvre Est.

Tout est à construire ou à formaliser. Là encore des rencontres ont lieu avec Bièvre Isère Communauté et Le pays Voironnais pour conventionner et imaginer une fluidité des informations sur les activités ou les pépites locales de telle sorte qu’à terme un grand arc touristique entre les Bièvres et Voironnais puisse voir le jour et devenir encore plus visible au niveau du grand Grenoble ou de la région.

Même si en toute humilité Bièvre Est est peu visible entre la belle initiative « Terres de Berlioz » portée par Bièvre Isère et la diversité touristique du Voironnais déjà bien ancrée entre Chartreuse et Paladru/Charavines.

 

Avec les Vals du Dauphiné, des liens sont récemment noués, des rencontres entre présidente et président qui avons tous deux la particularité d’une présidence récente prise en cours de mandats.

Échanger avec un œil neuf pour revisiter les enjeux et travailler sur des convergences d’intérêts.

Le développement durable est un des enjeux relevé par nos intercommunalités et l’opportunité de la mitoyenneté entre Chabons et Virieu nous permet d’envisager une réflexion commune sur le développement durable.

Convergence d’intérêts donc, échange d’expériences et porosité des territoires puisque les initiatives portées par la commune de Chabons sous l’impulsion de Marie Pierre Barani et relayées par la communauté de communes trouvent un écho favorable auprès des habitants de Virieu.

 

D’autres partenariats sont à souligner.

Le Département déconcentré bien sûr avec les aides notamment par le biais de la DETR qui permet le développement et l’accompagnement de projets communaux ou intercommunaux ou le contrat ruralité qui met un focus financiers sur les projets communaux. Des arbitrages quelquefois douloureux mais nécessaires pour faire que les projets puissent trouver une issue la moins mauvaise possible et des accompagnements pour bousculer les habitudes séculaires pour garantir la sécurité des services rendus à la population.

Et d’une façon plus globale une empathie bienveillante et rigoureuse à notre égard.

C’est le sens de nos institutions et le regard constitutionnel de l’état sur les collectivités.

 

La Région avec le contrat Ambition Région repris fin 2017 après la période électorale de l’automne.

De nombreuses interrogations des échanges fructueux.

Là aussi des arbitrages, un travail porté par la confiance réciproque et des choix solidaires pour le territoire.

 

Chaque strate organise la solidarité à son échelle au bénéfice de tous.

 

Le Département collectivité territoriale par un accompagnement financier régulier ;

Les conférences territoriales qui sur notre territoire de Bièvre Valloire sont particulièrement dynamiques et consommatrices de moyens, fort de projets variés et nombreux.

L’avancée prometteuse du Haut débit pour les entreprises du territoire.

Les premières connexions sont réalités malgré de nombreuses péripéties ;

À ce jour 5 entreprises sont connectées.

 

Mais aussi et quelques mots particuliers sur la nouveauté 2018 savoir : le transfert de la Gemapi aux EPCI.

Le 13 avril 2018 une réunion importante où il a été convenu que l’ensemble des Epci travaillent à la mise en place d’une organisation pour optimiser la prise de compétence en matière de gestion des milieux aquatiques et de prévention des inondations dite GEMAPI.

Le Département fort de son expérience a accompagné les communautés.

par la restructuration des syndicats de rivières en respectant les bassins versants conformément au schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (le SDAGE).

Des mesures de soutien qu’il faut souligner pour être solidaire et mû par une volonté de mutualisation.

  • une aide bonifié pour asseoir une aide à la décision pour les structures fusionnées ;
  • un fond départemental de soutien aux travaux hydrauliques ;
  • la mise à disposition d’un pool d’ingénieurs qualifiés.

Même si cette thématique semble un peu éloignée des préoccupations de Bièvre Est puisque la gestion en est déléguée au syndicat Bièvre Hydraulique qui adhérera au nouveau syndicat le SIRRA (Syndicat Isérois des Rivières Rhône Aval), il me semblait important d’évoquer cet accompagnement solidaire et fondamental sur une compétence coûteuse et peu visible qui garantit la sécurité des populations en matière de protection contre la prévention des inondations.

 

Viendra pour notre communauté de communes le débat sur la création de la taxe GEMAPI ;

Effectivement cette nouvelle compétence se fait sans transfert de moyens et les communautés de communes devront absorber ce coût ou le répartir sur l’ensemble des contribuables.

Le Conseil Communautaire dans un contexte fiscal un peu compliqué devra faire le choix de créer cette taxe ou de trouver des ressources en interne.

 

Choix permanent et cornélien qui s’impose souvent à l’élu : poursuivre le développement ou réduire la voilure.

 

L’année 2019 sera Une année importante :

le PLUI ;

Vaste projet d’aménagement avec le Concours de l’AURG et je salue au passage son président Jean-Paul Bret.

C’est un accompagnement sans faille de l’agence urbaine de la Région Grenoblois pour harmoniser les situations d’urbanisme de nos 14 communes et écrire juridiquement le projet.

François Brochier, le Vice-président a la charge de le piloter.

Le PLUi sera arrêté au conseil communautaire du 4 février prochain.

À partir de cette date, le PLUI sera notifié aux communes et aux personnes publiques associées (État, Région, Département, chambres consulaires…) qui donneront leurs avis.

S’ensuivra l’enquête publique qui devrait se tenir d’ici la fin du 2nd trimestre 2019.

Même si le chemin parcouru est déjà conséquent, il reste encore de nombreux points à finaliser pour pouvoir espérer une approbation fin d’année 2019.

Il sera prévu une nouvelle rencontre avec chacune des communes pour recueillir les remarques, les observations, les oublis au cours du mois de mars- avril et sur la définition des zones et les accompagner dans la formulation de leurs avis auprès des commissaires enquêteurs.

Ces points ne pourront être qu’à la marge au risque de modifier l’économie générale du projet d’aménagement et de développement durables et de mettre en péril le calendrier.

Je rappelle que ce travail a débuté au mandat précédent par la réalisation d’un PLUI Blanc c’est pour le mandat 2014/2020 un enjeu important pour aménager le territoire et prévoir l’accueil de population dans des conditions conformes à l’ensemble des prescriptions supra intercommunales et les nouvelles normes liées à la protection des populations sur les risques naturels : La carte des Aléas.

 

La prise de compétence eau et assainissement vient en contre point du dossier du PLUI .Christophe Nicoud Y apporte toute son énergie.

Comment imaginer pouvoir aménager sans avoir à l’échelle de notre territoire la maîtrise et la gestion de l’eau.

Sous le mandat précédent cette prise de compétence avait été repoussée par les Conseils municipaux de l’époque.

Jugeant la prise de compétence prématurée, il faut dire que la communauté de communes venait de prendre la compétence développement sociale et que les enjeux paraissaient lointain.

Le pas a été franchi et comme pour chaque prise de compétence, passé l’euphorie de la nouveauté vient le long travail de mise en place.

Chaque élu impliqué découvre l’étendue et la complexité du dossier au périmètre du territoire sans perdre de vue l’intérêt quasi affectif ou en tout cas chargé d’histoire pour sa propre commune.

 

Sénèque a affirmé que : « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles » ;

Je m’inscris modestement en faux contre l’idée de ce philosophe.Nous avons osé la prise de compétence eau et assainissement et nous en mesurons tous les jours la difficulté.

 

Sans faire un inventaire à la Prévert la liste des débats est aussi longue que les débats furent passionnés :

  • les tarifs bien sûr avec un lissage sur plusieurs années travaillé et présenté par la société stratorail finances. Tarifs qui pour de nombreuses communes est synonymes d’augmentation des tarifs pour les usagers.Mais nous devons répondre à la double exigence d’avoir un budget sincère, autonome équilibré et engager une prévision des travaux qui ne manquent pas sur l’ensemble des communes ;
  • la dissolution du Sierra, Syndicat historique du bassin Apprieu, Colombe, Oyeu ;
  • la reprise des ouvrages et puits communaux ;
  • les conventions avec les syndicats ;
  • la sortie de Syndicats quelques fois sans problème parfois par des arbitrages Préfectoraux.

Des points de satisfaction ;

  • le conventionnement avec le SYMBHI pour le captage des eaux prioritaires sur Beaucroissant ;
  • l’interconnexion avec le pays voironnais déjà évoqué dans mon propos.

 

2019 sera encore pour la régie des eaux une année de montée en puissance et de construction. Je compte sur l’indulgence de tous pour faire réussir ce challenge ambitieux de cette prise de compétence malgré quelques balbutiements désagréables de mise en place et quelques résistances au changement.

Je n’évoquerai pas ici ce soir le futur Pôle Petite enfance qui n’est plus à l’état de projet mais d’une proche réalité par le démarrage des travaux sous réserve de mauvaises surprises liées aux marchés publics infructueux.

Gardons le cap, gardons l’espoir d’une inauguration avant la fin de mandat, Cet établissement excepté le siège où nous nous trouvons est le seul avoir l’ADN Bièvre Est étant implanté sur un espace d’intérêt communautaire.

 

Le développement social porté par Philippe Glandu poursuit inlassablement sa quête de l’amélioration des services à la population avec nos partenaires incontournables :

La Caf, avec notamment la signature de la Convention Territoriale Globale fin 2018 en est un bon exemple. Nous sommes il faut le souligner la 1ère communauté de communes à la signer en Isère cette convention territoriale. Ce document renforce encore le lien qui existe.

Le Département, par le biais de son Plan départemental pour la Jeunesse nous participerons à la coordination des actions développées en direction des 12-25 ans. Cette convention cadre prévoit la mise en place de Contrats Territoriaux pour la Jeunesse

L’ensemble de ces contrats doit permettre des convergences d’expériences et de savoir-faire, la co-construction de projets et la mutualisation de moyens au bénéfice de la famille, la jeunesse, l’enfance et la petite enfance.

 

Un projet d’Espace de Vie sociale sur le Nord du territoire, un 3° équipement en cohérence avec les logiques de découpage du territoire et de bassins de vie que nous avons décidé.

Et une prise de compétence récente la création de MSAP (maison de services à la personne avec deux lieux pré sentis sur Bièvre Est pour permettre aux usagers de trouver des lieux uniques de rencontre des administrations et organiser des points informatiques vers les portails administratifs pour atténuer ce que l’on appelle aujourd’hui la fracture numérique.

 

La culture est une belle compétence sous la vigilance de Marie Pierre Barani avec comme tête de pont la médiathèque « La Fée Verte ».

Forte de ses 2577 adhérents et de ses presque 40 400 ouvrages qui rayonnent sur l’ensemble du territoire via les médiathèques communales, elle développe au cours de l’année de nombreuses initiatives.

Cultipouce, forum, calligraphie, animation, accueil des scolaires notamment par le cultiblog et l’école du blog à partir du CM1 ;

Très récemment une superbe exposition en présence du photographe mondialement connu guy Delahaye, Grenoblois qui a figé sur papier des célébrités mais aussi le spectacle vivant avec le grenoblois Jean Claude Galotta ou internationale avec Pina Bausch ou plus localement le chorégraphe Bouba Landrille Tchouda de la compagnie Malka actuellement en résidence sur le territoire de Bièvre Valloire. Des expositions délocalisées au siège de Bièvre Est comme cette année avec l’exposition de Jean François Dalle Rive « jour de Foire à Beaucroissant ».

Une belle coïncidence avec l’évènement majeur du territoire mais surtout de la commune de Beaucroissant avec la 800 ème foire de Beaucroissant en septembre prochain.

Mais aussi le rendez vous annuel et attendu du Ticket culture qui annonce la fin de l’automne avec chaque année des programmations variées et jubilatoires.Longtemps portée par notre Collègue Christine Provoost, maintenant sous le pilotage averti de Jean Christophe Houde avec un staff technique de professionnels du secteur du développement social et de bénévoles.

Et également des rencontres et des partenariats associatifs avec les rent’art de rue ou la quinzaine contre la discrimination.

Une volonté affirmée de porter la culture au plus près des habitants.

 

Pour le pôle économique, Cœur de chauffe de notre communauté de commune piloté politiquement par Jérome Croce, est prévu l’extension de 5 ha de la zone commerciale.

C’est là un projet ambitieux dicté par un constat simple.

Une évasion commerciale de 72% sur le non alimentaire et notamment sur l’équipement de la personne, l'équipement de la maison et la culture-loisirs principalement.

Converti en € c’est 50 M€ de chiffres d’affaires qui s'échappent ainsi tous les ans du territoire.

Ce développement s’accompagnera d’un travail avec les propriétaires actuels pour permettre une réhabilitation de l’existant.

c’est aussi une volonté de faire un retail-park avec des parkings mutualisés, des espaces verts nombreux et qualitatifs, des modes doux reliant l’espace économique dans sa globalité.

L’objet de ce projet phare est bien de répondre aux attentes des citoyens, des besoins des salariés travaillant sur l’espace économique Bièvre Dauphine mais aussi tous ces passagers de l’A48 et ceux de la RD50F qui entre 2014 et 2018 sont passés de 11 000 véhicules jour à 18 000 véhicules jour.

Mais ce qui est important de souligner c’est que l’extension de la Zone Commerciale ne se fera pas sans l’équilibre avec les commerces de centre bourg pour lesquels les élus ont fait les choix suivants :

  • faciliter l’adhésion à une plate-forme numérique (prise en charge de 50% de l’adhésion sur la première année) www.enbasmarue.fr,
  • l’organisation d’événements intercommunaux afin de valoriser le commerce de proximité comme la loterie avec 20 000 € de prix dont une voiture)
  • le soutien à la réhabilitation des commerces de centre-bourg avec une enveloppe de 30 000 €
  • le soutien aux Unions commerçantes existantes avec une enveloppe de 5 000 €
  • l'extension également du Parc d’activités Bièvre Dauphine 3 : la commercialisation de BD2 avançant à grand pas, il ne reste que 5ha environ, nous avons d’ores et déjà entamé la réflexion pour une extension d’une trentaine d’hectares environ avec une exigence de 25 emplois minimum à l’hectare afin de ramener une partie de nos 70 % d’actifs qui quittent quotidiennement Bièvre Est pour aller travailler sur Grenoble et Voiron essentiellement. Cette extension témoigne de notre volonté politique d'imaginer un Parc nouvelle génération avec optimisation du foncier, utilisation des énergies renouvelables, espaces verts nombreux et qualitatifs, création d'espaces de vie pour les salariés, …

En matière de développement durable,

la volonté de Bièvre Est est de participer à son échelle à la transition énergétique, aux changements des mentalités. Des axes de travail sont à l’étude :

  • la centrale villageoise, portée par Marie Pierre Barani Vice Présidente qui a pris en charge ce dossier après l’avoir initié à Chalons, ce démarrage timide est prometteur et prend racine auprès des habitants. Le but : la création d’une société citoyenne d’investissement sur des installations photovoltaïques.Bièvre Est a financé des interventions de l’AGEDEN afin de structurer le groupe de travail. ;
  • l'initiative s'inscrit parallèlement dans un mouvement national pour la transition énergétique. Le principe étant de permettre à tout un chacun de participer à son niveau à la transition énergétique du territoire pour à terme être dans une trajectoire d'autonomie énergétique. La réflexion actuelle porte sur des installations photovoltaïques sur des sites à grandes toitures ;
  • une association dénommée « BEE (Bièvre Est Environnement)» a été créée fin décembre afin de promouvoir cette action citoyenne et afin de motiver des particuliers et des personnes morales privées et/ou publiques à investir dans les projets à venir :l’objectif est de produire localement et générer des richesses mieux partagées. Une réunion est prévu le 07/02/2019 à Châbons je vous invite tous à venir participer à la création de la société citoyenne d’investissement ;
  • la mise en place d’ombrières sur le parking pôle de services, pour prendre part au développement du photovoltaïque.

J’ai eu également l’occasion de répondre à invitation pour l’inauguration du parc solaire implanté sur la commune d’Apprieu.

C’est avec satisfaction que je constate que le voltaïque s’implante avec l’assentiment des habitants contrairement à d’autres énergies qui peinent à proposer des projets novateurs et acceptables pour les riverains

le lancement de la réflexion pour l'implantation d'une station mufti-energies : gnv (gaz vert), électrique et hydrogène…

Ce projet est à l’étude, une enveloppe non subventionnée sera prise pour vérifier sa pertinence.

Les premiers contacts pris avec la Région et son Vice-président référent du secteur Yannick Neuder sont prometteurs.

Soyons raisonnablement à la pointe du progrès et organisons la liaison énergétique entre Lyon et Grenoble en matière d’hydrogène.

 

Bièvre Est a actuellement une feuille de route précise.

Le projet de territoire 2010/2020 Initié sous la présidence de Didier Rambaud, j’aurai la charge de le finaliser.

Nous arrivons dans la dernière ligne droite et cette année 2019 sera celle du bilan.

Sans analyse fine nous pouvons constater la progression en prises de compétence, en assise, en reconnaissance par les administrés mais aussi par tous les partenaires extérieurs.

Viendra un temps de prospective sur les 10 prochaines années en créant le projet de territoire 2020/2030.

Le souhait est de co-construire le projet de territoire avec et pour l’ensemble des habitants et employés.

La présence de notre chargé de mission évoqué plus haut sera de première importance.

Des consultations auront lieu pendant le premier semestre, car dès septembre le temps électoral perturbera la fin de mandat.

 

Mais je me projette déjà sur les prochaines années…

Ce temps n’est pas encore là, où il faudra se positionner individuellement et collectivement sur la volonté de poursuivre l’engagement pour la gestion territoriale et soumettre cette volonté à la décision portée démocratiquement par les électeurs qui ne manqueront pas je l’espère de s’exprimer massivement pour faire entendre leur voix par le biais du vote constitutionnel et Républicain.

 

Je terminerai mon propos par une citation du cardinal de Richelieu, qui n’est pas le plus grand démocrate que j’ai étudié !!! : « l’art de la politique ce n’est pas de faire ce qui est possible mais de rendre possible ce qui est nécessaire ».

C’est là le sens de l’action de Bièvre Est.

 

Pour 2019, Je vous souhaite à toutes et à tous,

Des sourires, pour chasser la tristesse,

De l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place,

De la confiance, pour faire disparaître les doutes,

Des gourmandises, pour croquer la vie,

Du réconfort, pour adoucir les jours difficiles,

De la générosité, pour le plaisir de partager,

et surtout...

Du courage, pour continuer à avancer !

Bonne Année à tous.


[06/02/2019]

 

Nuage de tags

Actualités